17 mai 2017

CE QUE JE VEUX

Dans le concert des autres régions françaises, plus grandes, plus peuplées, plus prospères, la mission est ardue ; elle ne me fait pas peur. Ce que je veux , avec vous, pour vous, c’est devenir votre député, et, c’est inédit, uniquement votre député, sans aucune possibilité de cumuler un autre mandat exécutif. 

 

Au moment, où je me présente devant vous pour porter votre voix, vos espérances, vos aspirations, je suis plus que conscient des potentialités et des enjeux de notre territoire. Lors de mon mandat de président de la CAPA, j’ai souhaité IMPULSER UNE DYNAMIQUE NOUVELLE en matière de développement économique d’aménagement du territoire, avec toujours le souci d’une action exigeante, innovante, ambitieuse et bienveillante.

EXIGEANTE, car je n’ai voulu laisser personne sur le bord du chemin. J’ai cherché constamment à favoriser l’équité entre l’urbain, Ajaccio, et le péri-urbain, voire rural, en instaurant une réciprocité entre la ville-centre et les 9 autres communes. INNOVANTE et AMBITIEUSE, car j’ai voulu rassembler les élus de toute engeance pour mener des actions communes dans l’intérêt de notre territoire autour de projets à réaliser et d’objectifs à atteindre. Il a fallu en effet ŒUVRER EN COHÉSION pour accompagner la prise de compétences nouvelles en matière de tourisme ou encore d’action sociale imposées par la loi.

Ainsi, avec les intercommunalités voisines de Prunelli, de la Gravona et de l’ouest corse, nous avons engagé une collaboration, des actions concertées, des conventions, à l’échelle du bassin de vie, au-delà des frontières administratives de nos collectivités ; gestion de l’eau et des milieux aquatiques, service public de l’assainissement non collectif, programme LEADER, élaboration d’un schéma de cohérence territorial. BIENVEILLANTE, car député suppléant depuis 2012, j’ai été lors de nombreux déplacements dans la circonscription, à la rencontre des élus mais aussi à votre rencontre.

J’ai été et je suis à l’écoute. Je serai là pour mobiliser, dynamiser, libérer les énergies, expérimenter, surmonter les obstacles pour apporter des solutions pour notre territoire, pour vous. Homme d’expérience, mais animé par un souffle nouveau, je souhaite me mettre à votre service et au service de la circonscription pour la représenter à l’assemblée nationale.

Ce que je veux ?

JE VEUX EMPLOYER TOUTE MON ÉNERGIE, MA CONSTANCE , MA CONVICTION POUR FAIRE CONNAÎTRE SES AVANTAGES COMPÉTITIFS, SES POTENTIALITÉS, POUR PORTER NOS PROJETS DANS LES MINISTÈRES, POUR PORTER À PARIS LA VOIX DE NOS CONCITOYENS, DES ÉLUS DE NOS COMMUNES.

Mon engagement à vos côtés, je le veux entier.

Soucieux de l’intérêt de la Corse, il me parait urgent de libérer les énergies dans notre île, plus qu’ailleurs sur le territoire national, de créer les conditions d’un développement économique harmonieux, en préservant notre environnement, et les valeurs, les traditions de notre société insulaire. Pour parvenir à cette réelle « émancipation », il est impératif de faciliter, de fluidifier les échanges de biens, de personnes et d’idées. Cela passe par l’identification et la réalisation des principaux axes de mobilité constituant de véritables cordons ombilicaux, entre la marine et la montagne, branchés sur les agglomérations et les bourgs, irriguant dans les deux sens le péri-urbain et le rural .

 

Il ne s’agit pas uniquement de mobilité spatiale (infrastructures routières de la compétence de la future collectivité unique) mais surtout de mobilité sociale, en favorisant l’accès aux services de proximité dans des pôles dédiés pour mailler le territoire Mobilité économique, en incitant la création et l’implantation d’entreprises, en renforçant la compétitivité des existantes et en accompagnant les entreprises innovantes (incitations fiscales).

Je soutiendrai toute démarche, tout projet de loi visant à lever les obstacles sur la croissance de PME et à desserrer l’étau autour des travailleurs indépendants (réforme radicale du RSI).

Mobilité virtuelle en oeuvrant à rendre l’outil numérique disponible pour tous, pour réduire les fractures sociales, territoriales : action de lobbying auprès des opérateurs, obtention de financements supplementaires pour le déploiement du très haut débit en Corse. Cela ouvre des perspectives en terme de télemédecine pour permettre à nos anciens de rester dans les villages, de téletravail, et cela permet d’augmenter l’attractivité du rural pour une population plus jeune…

Mobilité résidentielle : dépendante des précédents items, pour améliorer le cadre de vie et l’habitat de notre population dans le respect de l’environnement (promotion de la rénovation énergétique, logement social) Dans cet esprit, je proposerai un projet de loi visant à mettre en place un programme national de requalification des centres anciens, par une défiscalisation spécifique pour la réhabilitation des logements, permettant ainsi de lutter contre la désertification et la dégradation des centre villes et des bourgs. Je suis favorable à la réintégration de ces logements anciens rénovés dans le quota de logements HLM imposé par la loi SRU, dont il faudra assouplir les règles pour mieux répondre aux spécificités des territoires.

En matière de fiscalité, avec mes collègues, je travaillerai pour sortir du statut dérogatoire permanent qui pèsent sur certaines activités économiques et ne permet pas de se projeter dans l’avenir : au lieu de s’épuiser à les sauver chaque année lors de l’adoption de la loi de finances, mieux vaudrait les inscrire dans un cadre définitif, pouvant être réévalué si nécessaire.

D’une manière générale, pour mener à bien des projets ambitieux sur notre territoire, dans le contexte économique contraint de nos collectivités locales, je me rendrai disponible, par mon activité politique nationale, pour favoriser les conditions d’un partenariat public/privé dans la mesure où la puissance publique reste majoritaire. Mon action au service de la 1ère circonscription de la Corse du sud, se fera en collaboration avec les 3 autres députés et les deux sénateurs, et en concertation avec la future collectivité unique et l’échelon intercommunal, celui-ci devant monter en puissance dans la nouvelle organisation territoriale. Je m’engage à mener ce travail en commun au-delà de nos appartenances politiques respectives, en nous fixant des objectifs communs atteignables durant cette mandature. De la même façon, au niveau national, fidèle aux décisions prises, tant dans ma vie personnelle, professionnelle que politique, celles d’un homme libre, l’intérêt de la Corse et des corses prévaudra toujours, indépendamment de mon appartenance à un groupe parlementaire.

 

Mes engagements au plan national

Avec l’entrée en vigueur de la loi sur le non cumul des mandats, le député que je souhaite devenir, pourra, plus que jamais, se consacrer pleinement à sa tâche : déposer des propositions de loi, voter la loi et contrôler l’action du gouvernement.

Dans les contextes national et international instables que nous connaissons, les pouvoirs régaliens doivent être les premières de nos préoccupations. La liberté est notre premier droit, et sans le maintient de notre sécurité, de nos valeurs, de notre histoire, c’est bien notre liberté qui est atteinte. Face à l’augmentation annuelle des crimes et délits, je suis favorable au renforcement des moyens consacrés à la sécurité (recrutement et redéploiement des effectifs sur le terrain, moyens techniques plus performants), à la construction de nouvelles places de prison ( permettant d’isoler les primo-délinquants des autres détenus).

Je soutiendrai toutes les actions visant à combattre vigoureusement le terrorisme et le totalitarisme islamique (déchéance de nationalité pour les français partis combattre à l’étranger dans les rangs terroristes, surveillance accrue des lieux de culte, réforme du renseignement, coopération renforcée avec les pays européens…). On ne peut espérer mettre fin à ces désordres sur le territoire national sans une Défense solide pour que la France retrouve son rôle politique et militaire de premier rang. Je suis favorable à une augmentation du budget de la défense, à une coopération accrue avec les pays européens pour mener des opérations extérieures, à évaluer la nécessité d’un renforcement d’une réserve opérationnelle ou d’un service militaire volontaire.

Dans un pays plus sûr et mieux défendu, la famille doit retrouver sa place centrale dans notre société. Je défendrai toujours la politique familiale (universalité des allocations familiales avec possibilité de les suspendre en cas de déficience des parents dans leur rôle, mesures visant à réduire l’imposition des familles, interdiction de la GPA). Toutes nos familles doivent pouvoir bénéficier d’un système de santé leur permettant de bénéficier de soins de qualité sur tout le territoire.

Il faut combattre les déserts médicaux en développant les maisons médicales, en offrant plus de postes aux internes en formation dans les hôpitaux de nos régions.

Dans notre région, en tenant compte de sa population, il faut inciter à la coopération entre les acteurs du secteur public et privé, au service des patients. Pour préserver l’avenir de l’assurance maladie, nous devons renforcer la lutte contre tout type de fraudes et abus qui mettent en péril notre système .